RIPCO 2018/57 : D/ÉCRIRE LE QUALITATIF

Voici les première et quatrième de couverture du dernier numéro de la RIPCO qui porte sur les méthodes qualitatives ! Lien vers CAIRN : Ici !

 

RIPS1_057_L204

 

 

Capture d_écran 2018-05-14 à 16.58.13

Publicités

APPEL À COMMUNIQUER : Histoire de la pensée managériale en France

 

 

 

 

 

Histoire de la pensée Managériale en France: enfin une visibilité ?

Rédacteurs invités

Luc Marco

Université Paris 13-IHPM[1]

&

Cédric Poivret

Université Paris Est Marne-La-Vallée

Date limite de soumission : 31/01/2019

 

Appel à télécharger ici : RIPCO_appel Histoire de la pensée Managériale

 

L’histoire de la pensée managériale[2] en France reste étonnamment sous-développée : malgré un certain nombre de travaux intéressants, il n’existe pas de communauté scientifique qui se serait emparée de la question de l’histoire des sciences de gestion, ainsi que des ancêtres et des matières annexes (sociologie et psychologie du travail, ergonomie, ingénierie…) de ces dernières.

 

Ce numéro spécial, en lien avec l’article que la Revue Internationale de Psychosociologie et de gestion des comportements organisationnels nous a fait l’honneur de publier (Poivret, 2017,2018), aura pour but de commencer à développer ce type de travaux et d’essayer de leur donner une plus grande visibilité institutionnelle.

 

Plusieurs idées de recherche peuvent ici être proposées, sans bien évidement espérer épuiser un sujet qui reste dans l’enfance :

  • Les ouvrages à l’usage des marchands sous l’Ancien Régime, qu’ils soient généralistes ou traitent de géographie ou d’arithmétique commerciale ;
  • La pensée managériale contenue dans les ouvrages techniques, pour les mines ou les chemins de fer en particulier, au XIXème siècle ;
  • La pensée concernant la gestion des banques, qui débute au XIXème siècle, par exemple avec un ouvrage de Courcelle-Seneuil en 1852, et aboutit aujourd’hui à un grand nombre de recherches et de formations en « gestion de la banque » ;
  • Les diverses revues qui se sont créés depuis plus d’un siècle maintenant et traitent de la gestion, que ces revues soient scientifiques ou plutôt à visée pratique (autrement dit, les revues étudiées pourront aussi bien être Mon bureau [revue disparue par fusion avec l’Organisation dans les années 30] ou Management [revue professionnelle crée en 1995] que les revues scientifiques modernes, telles la Revue Française de gestion, Gérer et Comprendre, Finance-Contrôle-Stratégie….) ;
  • Les consultants et penseurs managériaux des années 30 (Paul Planus, Auguste Detoeuf, Jean Chevalier….) ;
  • La pensée managériale sous Vichy ;
  • Les débuts de la pensée marketing en France, avec les débuts d’une réflexion sur la publicité au début du XXième siècle, sur les études de marché dans les années 40 et 50, et l’apparition du terme marketing à partir des années 60 ;
  • Les débuts de la pensée sur la gestion informatique à partir des années 60/70;
  • La création des sciences de gestion, et la manière dont elles ont aménagé, géré les frontières avec les autres disciplines scientifiques s’intéressant également au travail et à l’entreprise ;
  • La mise en place de « sous-communautés » ou spécialités (le management stratégique, la gestion du luxe, le management de la santé……) au sein de la communauté des chercheurs en science de gestion, communauté qui n’existe que depuis une quarantaine d’années en France ;
  • Des biographies et l’analyse d’œuvres d’auteurs : l’on peut évidemment penser à Hyacinthe Dubreuil, Octave Gélinier pour les plus connus, mais d’autres penseurs « mineurs » peuvent aussi être identifiés à travers les temps (voir par exemple le travail de Luc Marco et Robert Noumen sur Lazare Moulin-Collin, 2015)

 

Modalités de soumission et d’évaluation

Les articles soumis doivent être des contributions originales qui ne font pas l’objet d’évaluation parallèle. Ils doivent être envoyés avant le 31/01/2019 aux rédacteurs invités en mentionnant dans la lettre d’accompagnement le titre du Numéro Spécial : « Histoire de la Pensée managériale en France : enfin une visibilité ?». Ils devront respecter les normes d’écriture de la RIPCO disponibles sur : https://ripcoblog.files.wordpress.com/2015/09/feuille-de-style.pdf

Les rédacteurs invités s’assureront que les soumissions sont pertinentes et alignées avec la thématique du Numéro Spécial. Les articles qui ne passeront pas cette étape initiale seront renvoyés aux auteurs et par conséquent ne feront pas l’objet d’évaluation en « double aveugle » selon les procédures de la RIPCO.

La date de publication de ce Numéro Spécial est prévue pour 2019.

 

Contacts

Pour toute question en lien avec le contenu de ce Numéro Spécial, contactez les rédacteurs invités : Luc Marco, lucvmarco@gmail.com; Cédric Poivret, cpoivret@hotmail.com .

Les propositions doivent être envoyées aux rédacteurs invités.

 

Pour toute question en lien avec la RIPCO, contactez le rédacteur en chef : Baptiste Rappin, baptiste.rappin@univ-lorraine.fr.

 

 

Suggestions bibliographiques

Cochoy F. (1998), Histoire du marketing, la Découverte, Paris

Marco L. (1993), La pensée managériale française, Andese, Toulouse, Paris

Maton E. (2007), Représentation graphique et pensée managériale, le cas de la Harvard Business Review de 1922 à 1999, Thèse pour le doctorat en Sciences de Gestion, Ecole Polytechnique

Marco L. ; Noumen R., (2015), Entre arithmétique et comptabilité, l’apport de Lazare-Moulin-Collin, Document de travail disponible sur Hal https://hal-univ-paris13.archives-ouvertes.fr/hal-01233103

Poivret C. (2017), Quelques réflexions sur la pensée managériale française, Revue International de psychosociologie et de comportements organisationnels, H.S, p.297-326

Poivret C. (2018), Quelques réflexions sur la pensée managériale française (suite), Revue International de psychosociologie et de comportements organisationnels, à venir

 

Quelques travaux représentatifs du type d’articles que nous souhaiterions recevoir :

 

Girard B. (2014), L’histoire des théories du management en France du début de la Révolution industrielle au lendemain de la Première Guerre Mondiale, L’Harmattan, Paris 286p

 

Hatchuel A. (2016),  Henri Fayol et la théorie du chef d’entreprise : une nouvelle figure de l’autorité au tournant du XXe siècle, Entreprises et histoire, 2, 83, p. 108-120

 

Jardat R. (2006), Stratifier/modéliser, une archéologie française du management stratégique 1959-1976-Etude par la méthode archéologique de Foucault, Thèse pour le doctorat en sciences de gestion, CNAM 388+446

 

Marco L. (2002), La naissance des revues françaises de gestion, 1900-1940, Economies et Sociétés, série PE Oeconomia n° 32, tome 36, n° 11-12, novembre-décembre, p. 1937-1966

 

Marco L. (2011), Les origines disciplinaires des sciences de gestion en France : retour sur une controverse, Management et Sciences Sociales, n° 10-11, janvier-décembre, p. 47-69.

 

Nikitin M. (2003), De la science des affaires aux sciences de gestion : un siècle de tâtonnements ? , Gérer et Comprendre, 74, p.67-7

 

 

 

[1] https://ihpm.hypotheses.org/

[2]Pour une définition de ce terme, voir Marco (1993) et Poivret (2017, 2018). Précisons toutefois plusieurs choses, afin d’être bien compris :

  • L’histoire de la pensée managériale se distingue de l’histoire des entreprises et des organisations, domaine qui en France est développé aussi bien chez les historiens que les gestionnaires, regroupe plusieurs associations (en particulier l’AHMO), et dispose d’une revue avec une bonne visibilité institutionnelle (Entreprises et Histoire). Notre propos ne peut donc s’entendre comme l’idée qu’il n’existerait pas en France d’histoire des entreprises, proposition qui serait tout bonnement scandaleuse. Par contre, le but de ce numéro spécial sera de développer l’histoire de la pensée managériale, et non l’histoire des entreprises.
  • Nous précisons bien histoire de la pensée managériale en France : des travaux comme ceux de Cochoy (1998) ou Maton (2007) sont certes passionnants, mais concernent les développements de la pensée managériale ou marketing aux Etats-Unis : de tels travaux ne correspondent pas aux travaux que nous souhaitons recueillir. Par contre la manière dont les travaux américains ont été importés en France relève très clairement de la problématique de ce numéro spécial.

RIPCO N°56 : L’ENTREPRISE LIBÉRÉE

L’ENTREPRISE LIBÉRÉE

 

Eprouver les entreprises libérées, par Diego Landivar et Philippe Trouvé                   

 

L’implémentation de la simplification en tant qu’innovation organisationnelle et première étape d’un processus de libération : la cas de Volkswagen France, par Camille Aigouy et Julien Granata                                                                                                                                                 

 

Au-delà des success stories, quel processus de libération ? Étude de cas au sein du secteur public belge, par Fanny Fox et François Pichault       

 

L’entreprise libérée entre libération et délibération. Une analyse du travail d’organisation dans une centgrale d’achat, par Thierry Rousseau et Clément Ruffier  

 

Mutations du leadership dans une entreprise en voie de libération, par Théo Holtz 

 

L’entreprise libérée, une cité en quête d’un principe supérieur commun : le cas de l’entreprise P, par Sophie Marmorat et Brigitte Nivet                 

 

La libération des entreprises : une approche diagnostiquer par le design organisationnel, par Marie Antoine, Céline Donis, Anne Rousseau et Laurent Taskin     

 

Les entreprises peuvent-elles faire confiance à la confiance ? Une exploration du lien contrôle-confiance comme principe organisationnel, par Anne-Claire chêne et Joan Le Goff    

 

L' »entrprise libérée » : analyse de la diffusion d’un modèle managérial, par Patrick Gilbert, Nathalie Raulet-Croset et Ann-Charlotte Teglborg G           

 

L’entreprise libérée : une mythologie de contestation pour libérer l’imaginaire dans les entreprises, par Jean-Claude Casalegno            

 

L’entreprise libérée et les « talents » : un avènement annoncé?, par Alain d’Iribarne 

 

Les expériences de libération sous contrôle : réflexions sur une nouvelle vélléité de démocratie dans l’entreprise, par Thibaud Brière   

 

VARIÉTÉS

La présence de l’animal de compagnie au travail a t’elle un lien avec l’engagement organisationnel et le stress ? Une recherche à partir de la théorie de la facilitation sociale, par pierre chaudat et françois silva          

                                                                                                   

Lanceur d’alerte et silence organisationnel, par Patrice Cailleba                                

 

« Je suis tombé dans le bordel, dans la rue ». Histoire d’un jeune, d’une vie sans organisation, par Julien Billion         

 

LECTURES CRITIQUES

Transformations sociales, recherche et frontière entre robot et humain : une fiche de lecture, par Wilfrid Azan              

 

L’organisation digitale – appel à contributions

 

 

« L’organisation digitale »

 

Rédacteurs invités

Pierre-Jean Barlatier

Luxembourg Institute of Science and Technology

Thierry Burger-Helmchen

Université de Strasbourg

Date limite de soumission : 31/12/2017

 

 

L’avènement d’Internet a profondément changé l’environnement externe et l’architecture des organisations. Que de chemin parcouru de l’excentricité organisationnelle des pionniers du numérique avant l’éclatement de la bulle Internet à la diffusion du numérique rationnalisée dans toutes les entreprises. Les organisations telles que Netscape ou Caramail étaient de farouches défenseurs de l’organisation plate et d’un environnement de travail « cool » avec sauna et salle de jeux (Yoffie et Cusumano, 1999 ; Forbes et Pavone, 2006).

Chaque nouvelle vague de progrès technique se confronte à l’euphorie tout comme aux réactions dubitatives des utilisateurs réels et potentiels (Sambamurthy et al., 2003). Aujourd’hui, les évolutions des technologies numériques ou « digitales » (applications mobiles, cloud computing, médias et réseaux sociaux, objets connectés, intelligence artificielle, impression 3D…) continuent de transformer les usages et modes de fonctionnement des individus et des organisations (Rayna et Striukova, 2017). Ces technologies, rapidement diffusées et adoptées, jouent un rôle de plus en plus important dans les modes de fonctionnement des organisations publiques et privées, en bouleversant leurs manières de produire des biens et services, d’interagir avec leur environnement ou encore d’exploiter les opportunités (Westerman et al, 2014).

Toutes les structures n’ont pas vocation à radicalement se transformer pour devenir des pirates organisationnels (Durand et Vergne, 2010) mais leurs capacités d’intégration et leur agilité seront testées par le numérique (Teece et al., 2016, Galbraith, 2010). Au-delà des choix technologiques, leur culture organisationnelle sera confrontée à de nombreuses difficultés, comme par exemple l’obtention d’un consensus organisationnel lorsqu’une nouveauté est introduite et que l’entreprise doit choisir son « avenir digital » (Pontikes et Barnett, 2017).

Les changements réels subis ou introduits par les entreprises suite au développement du numérique impactent les pratiques mais aussi les théories de l’entreprise (Altman et al., 2015, Benkler, 2002). L’objectif de ce Numéro Spécial est donc d’explorer et de mettre en perspective les opportunités et enjeux associés à l’organisation digitale. Les contributions attendues auront donc pour thème de recherche (liste non limitative) :

  • Organisation digitale : organisation sur-rationnelle ?
  • Relecture des tensions organisationnelles : temporaires-permanentes ; intégration-différenciation ; exploration-exploitation, etc.
  • Médiatisation et interactions avec l’environnement ;
  • Agilité organisationnelle et gestion de projets dans l’organisation digitale
  • Mobilité, nomadisme et structure organisationnelle ;
  • Empowerment et émergence de nouvelles stratégies ;
  • Le dark side de l’organisation digitale ;
  • Les comportements organisationnels induits par la révolution numérique ;
  • Le développement des compétences numériques ;
  • Fondements épistémologiques de l’organisation digitale ;
  • Histoire du digital ;

 

Aucune approche théorique ou méthodologique n’est spécifiquement requise pour contribuer à ce Numéro Spécial. A contrario, nous encourageons la diversité des contributions en termes de perspectives méthodologiques et d’approches théoriques liées à l’étude de l’organisation digitale. Nous privilégierons les travaux qui lient ou s’inspirent de différentes disciplines (sociologie, économie, psychologie sociale, théorie des organisations, histoire, philosophie, stratégie…) et méthodes de recherche.

Ce Numéro Spécial offre aux chercheurs et théoriciens l’opportunité d’examiner ce thème encore exploratoire, afin de mettre en exergue de riches et nouvelles perspectives, théories et méthodes qui permettront de développer l’état actuel des connaissances afin de mieux comprendre ce nouveau type d’organisation.

 

Modalités de soumission et d’évaluation

Les articles soumis doivent être des contributions originales qui ne font pas l’objet d’évaluation parallèle. Ils doivent être envoyés avant le 31/12/2017 aux rédacteurs invités en mentionnant dans la lettre d’accompagnement le titre du Numéro Spécial : « Organisation Digitale ». Ils devront respecter les normes d’écriture de la RIPCO disponibles sur : https://ripcoblog.files.wordpress.com/2015/09/feuille-de-style.pdf

Les rédacteurs invités s’assureront que les soumissions sont pertinentes et alignées avec la thématique du Numéro Spécial. Les articles qui ne passeront pas cette étape initiale seront renvoyés aux auteurs et par conséquent ne feront pas l’objet d’évaluation en « double aveugle » selon les procédures de la RIPCO.

La date de publication de ce Numéro Spécial est prévue pour 2019.

 

Contact

Pour toute question en lien avec le contenu de ce Numéro Spécial, contactez les rédacteurs invités :

Pierre-Jean Barlatier – LIST Luxembourg – pierre-jean.barlatier@list.lu

Thierry Burger-Helmchen – Université de Strasbourg – burger@unistra.fr

 

Pour toute question en lien avec la RIPCO, contactez le rédacteur en chef : Baptiste Rappin, baptiste.rappin@univ-lorraine.fr.

 

Pour télécharger l’appel : Appel RIPCO -VariaRIPCO_appel_Orga_digitales_v3

 

Suggestions bibliographiques :

Altman, E., Nagle, F., Tushman, M., 2015, “Innovating without information constraints: organization, communities, and innovation when information costs approach zero”. In: Hitt M., Jing Z. (eds) The Oxford Handbook of Creativity, Innovation, and Entrepreneurship, Oxford University Press, New York, 353-379.

Benkler, Y., 2002, “Coases’s penguin, or, Linux and the nature of the firm”, Yale Law Journal, 112, 369-446.

Drucker, P., 1988, “The coming of the new organization”, Harvard Business Review, 66, 1, 45-53.

Durand, R., 2010, L’organisation Pirate : Essai sur l’évolution du capitalisme, éditions Le Bord de l’eau.

Forbes, D., Pavone, C., 2006, « Razorfish », Entrepreneurship Theory and Practice, July, 561-578.

Galbraith, J., 2010, “The multi-dimensional and reconfigurable organization”, Organisational Dynamics, 39, 2, 115-125.

Pontikes, E., Barnett, W., 2017, « The non-consensus entrepreneur : organizational responses to vital events », Administrative Science Quarterly, 62, 1, 140-178.

Rayna, T., Striukova, L., 2017, “Managing co-creation within global creative processes: a framework”, in Wagner, M., Valls-Pasola, J., Burger-Helmchen, T., The Global Management of Creativity, Routledge, 24-43.

Sambamurthy, V., Bharadwaj, A., Grover, V., 2003, “Shaping agility through digital options: reconceptualizing the role of information technology in contemporary firms”, MIS Quarterly, 27, 2, 237-263.

Teece, D., Peteraf, M., Leih, S., 2016, “Dynamic capabilities and organizational agility: Risk, uncertainty and strategy in the innovation economy”, California Management Review, 58, 4, 13-24.

Yoffie, D., Cusumano, M., 1999, “Building a company on internet time: lessons from Netscape”, California Management Review, 41, 3, 8-28.

Westerman, G., Bonnet, D., McAfee, A., 2014, Leading Digital: Turning Technology into Business Transformation, Harvard Business Review Press.

 

RIPCO N°55 – LE RÈGNE DE LA FIN (SOMMAIRE)

 

DOSSIER : LE RÈGNE DE LA FIN

 

Titre : LE RÈGNE DE LA FIN. Une métaphysique du management.

Auteur : Baptiste Rappin

Résumé : La managérialisation du monde est ici présentée sous l’angle du mouvement panorganisationnel qui désigne le double mouvement de devenir-monde des organisations et du devenir-organisation du monde. Un retour vers la cybernétique, lieu de thématisation de la catégorie de l’organisation, permet alors d’inscrire le management dans l’histoire de la métaphysique comme règne de la fin : le diktat de la finalité fonctionnelle signifie l’achèvement de l’histoire de l’être comme présence totale, comme parousie. C’est à partir de ces développements liminaires que sont ensuite, tour à tour, envisagées la fin de l’Histoire, la fin du Politique, la fin de l’Œuvre et la fin du Monde.

Mots-clés : Management, Cybernétique, Métaphysique, Philosophie politique.

 

 

Titre : Mobilité interne. La fin d’un modèle ?

Auteurs : Anne Janand & Maud Guy-Coquille

Résumé : L’objet de cette recherche exploratoire est de questionner l’avenir de la mobilité interne dans les grandes organisations. Sur la base de l’analyse de 52 entretiens semi-directifs et deux observations participantes réalises au sein de deux grandes entreprises françaises ayant des enjeux forts en termes de mobilité interne, AutoForm et la Société Générale, la recherche met en exergue les tensions et ambigüités que rencontre la mobilité interne dans sa mise en œuvre. Au travers de la théorie néo institutionnaliste, nous explicitons les obstacles entourant la mobilité interne puis questionnons son avenir au sein des grandes organisations.

Mots-clés : mobilité interne, carrière, étude de cas

 

 

Titre : Fin de la décision et fin du sujet. Une discussion du statut du sujet dans les organisations par la proposition du concept de sujet-organisaitonnel.

Auteur : Marius Bertolucci

Résumé : Notre article s’intéresse à la question de la fin du sujet dans l’organisation par le double mouvement de déconstruction du sujet par la théorie et l’évolution du management. L’article poursuit une réflexion sur la notion de sujet à partir d’un croisement de deux perspectives : la place du sujet dans les théories de la décision et le devenir du sujet soumis aux techniques contemporaines de managériales. Dans un premier temps, nous verrons que la destruction du concept de décision emporte avec elle une nécessaire rediscussion du statut du sujet conscient et délibératif dans l’activité des organisations au point de venir questionner la figure du décideur. Dans un second temps, nous nous pencherons sur l’ontologie processuelle du sujet jeté dans l’organisation pour faire le deuil de la figure du sujet en proposant de le comprendre comme un sujet-organisationnel, c’est-à-dire, une modalité non réflexive des hommes et des femmes conduisant le cours de l’action organisationnelle depuis assez longtemps pour en être affecté dans la modalité d’existence de leur constitution psychologique et physique.

Mots clés : Décideur ; ontologie ; sujet ; sujet-organisationnel.

 

 

Titre : Quelle conception de la fin pour justifier les comportements managériaux ?

Auteur : Bernard Guéry

Résumé : Le management a tendance à se présenter comme la fin des existences, notamment avec l’hypertrophie de management par objectifs au sein des organisations, engendrant une circularité et une inversion de la fin et des moyens. Dans ce contexte, ce papier vise à élucider les enjeux de deux conceptions de la finalité : la première (logique de la finalité instrumentale) permet de penser l’objectif comme seul horizon des finalités de l’organisation. La seconde (finalité transcendante) ouvre la possibilité de penser l’articulation des finalités de l’individu et de celles de l’organisation. Cette seconde logique de la finalité permet de créer une assise conceptuelle à l’éthique des vertus conçue comme une justification des comportements au nom des finalités de l’individu agent, aux côtés de la déontologie, qui évacue la finalité comme motif justificatif d’un comportement, et du conséquentialisme, qui s’en tient à la fin de l’action.

Mots clés : Finalité, objectif, enjeu, vision, philosophie.

 

 

Titre : La fin de la fin. Une enquête sur les limites des sciences de gestion à travers la nébuleuse du déclin-décadence-déclassement.

Auteur : Rémi JARDAT

Résumé : La question de la fin hante la pensée managériale à travers toute approche du changement mais aussi, et de manière très explicite, dans l’intimité même des diverses courbes de cycle de vie qui parsèment le savoir produit dans mainte de discipline de gestion (stratégie, marketing, comportement organisationnel). Cette question recèle bien des ambiguïtés et une forte charge projective : n’est-ce pas notre propre fin d’être vivant et mortel que chacun d’entre nous projette lorsqu’il attribue une historialité à son objet de recherche, là où d’autres sciences, plus mécanistes, recherchent l’immuabilité des lois et des principes ? En enquêtant sur un parangon de finitude – le thème de la décadence – nous rencontrons, tapie en embuscade, la question des fins dernières, celles de notre monde mais par là même aussi celles des sciences humaines. Dans leur quête jamais satisfaite d’une adéquation entre l’être de leurs objets et la description nécessairement dédiée qu’elles produisent, les sciences de gestion, lorsqu’elles s’attachent à restituer au plus près ce qui se passe et se vit sur le terrain de recherche, aspirent à cet accès immédiat à l’être que les antiques religions eschatologiques nommaient parousie. Nous en concluons que pour éviter de faire du sur-place, les sciences de gestion doivent porter un regard réflexif et herméneutique sur l’utopie d’une présence à l’être qu’elles poursuivent sans le savoir. Il s’agit de laisser de côté la fin pour s’engager dans un processus herméneutique qui n’a pas de fin.

Mots-clés : Déclin, herméneutique, Rome

 

 

Titre : Le règne de la fin. Sur la fin de l’humanité.

Auteur : Thierry BERLANDA

Résumé : La question de la fin de l’humanité, entendue en genre et en nombre, est plus ou moins confusément dans toutes les têtes. Quant à l’humanité en nombre, priment les problèmes posés par la pollution, par le surpeuplement, par la surexploitation des ressources et par les menaces grandissantes de conflits globaux. Mais quant à l’humanité comme telle, en genre, c’est l’hypothèse de plus en plus réaliste de son surpassement biotechnologique qui domine. Il est donc devenu urgent de chercher à reformuler le concept même de l’humanité, en intégrant les déterminations culturelles et scientifiques modernes qui suscitent la crise de nos anciennes certitudes et jusqu’à notre régime de sens lui-même.

Mots clés : Phénoménologie de la vie, transhumanisme, chair

 

 

Titre : Le glas des métaphysiques de l’action a-t-il sonné ? Heidegger lecteur de Hatchuel.

Auteur : Baptiste RAPPIN

Résumé : Armand Hatchuel a formulé une théorie de l’action collective qui eut un succès considérable auprès des chercheurs en management car elle offre une puissante identité aux sciences de gestion. La condition nécessaire mais non suffisante de ce pari théorique est la sortie hors les métaphysiques de l’action. Nous examinons cette tentative en confrontant la théorie de l’action collective à l’œuvre du plus grand métaphysicien du XXe siècle, Martin Heidegger.

Mots clés : Théorie de l’action collective, Hatchuel, Métaphysique, Heidegger.

 

 

Titre : LES IMPLICATIONS PHILOSOPHIQUES DE LA THÉORIE DE L’ACTION COLLECTIVE. Commentaire à larticle de Baptiste Rappin.

Auteurs : Armand Hatchuel

Résumé : L’objet de cette intevention est de répondre à l’analyse philosophique de la théorie de l’action collective telle qu’elle s’exprime à travers l’article de Baptiste Rappin dans le présent nunméro de la RIPCO. Nous montrons plus particulièrement en quoi les arguments avancés sont erronés car ils supposent une mauvaise appréciation de la théorie de l’action collective.

Mots-clés : Théorie de l’action collective, philosophie.

 

 

 

 

Titre : Death lines

Author : Jean-Luc Moriceau

Résumé : En appréhendant le processus de recherche comme une expérience vécue, on s’aperçoit que l’existence de deadlines confère à la recherche une temporalité et un sens bien spécifiques. Par un récit autoethnographique et une écriture performative, l’auteur prend conscience que plus il s’approche de la fin et plus croissent la vitalité, les idées, son engagement, sa reliance, sa réflexivité. L’approche de la fin accélère la déconstruction et les reconstructions du texte, la multiplication des fins et des deuils, des traces et des fantômes. Se dessine une silhouette de la recherche bien différente de celle des traités d’épistémologie, ainsi qu’un parallèle tragique avec l’existence.

Mots clé : Deadline, recherche comme expérience, écriture performative, autoethnographie

 

VARIA

 

Titre : la conduite d’une politique de diversité comme processus de légitimation organisaitonnelle. Cadrage théorique et exemples empiriques.

Auteurs : Maria Giuseppina bruna & Jean-François chanlat

Résumé : Reposant sur une étude empirique qui s’est déroulée entre 2010 et 2013, cet article se propose d’étudier rétrospectivement les motifs stratégiques ayant poussé de grandes entreprises hexagonales à lancer, à partir des années 2005-2006, des politiques de promotion de la diversité. Il interroge, en miroir, les enjeux qui concourent à perpétuer et alimenter l’engagement diversité de ces organisations et président à leur traduction opérationnelle ; et ce, à l’heure même où ces démarches atteignent une certaine maturité. Appréhendée comme un processus de changement (Bruna, 2013 a,b ; Bruna & Chanlat, 2015), la conduite d’une politique diversité est envisagée selon une perspective néo-institutionnaliste comme un levier de repositionnement stratégique et un vecteur de légitimation (morale, pragmatique et cognitive) de l’entreprise (Suchman, 1995). Le lancement d’une diversity policy peut se lire, en effet, comme une tentative d’articuler des préoccupations éthiques, des contraintes juridiques, des calculs économiques et une recherche de conformité aux attentes des parties prenantes (Barth, 2007 ; Singh & Point, 2009). L’analyse s’appuie sur une étude de terrain reposant sur un corpus de trente-cinq entretiens avec des personnalités engagées dans l’élaboration et la mise en œuvre de politiques diversité au sein de grandes entreprises hexagonales (DRH, RRH, responsables et experts diversité) ainsi que sur des conversations informelles avec ces mêmes acteurs.

Mots-clés : conduite de politiques de diversité, management de la diversité, légitimité organisationnelle, légitimité morale, légitimité cognitive, légitimité pragmatique, grandes entreprises françaises.

 

 

Titre : les visages de la confiance personnelle

Auteur : Frédéric bornarel

Résumé : La représentation de la confiance personnelle mobilisée dans le champ des Trust Studies en gestion conditionne une lecture orientée des relations sociales. Cette confiance est généralement vue comme une relation rationnelle et positive qui procure des avantages multiples. Cette approche établie de la confiance ne rend compte que d’une réalité parcellaire des relations sociales. Aussi, l’approche critique propose de dépasser cette perspective. Elle dépeint alors une confiance motivée par la recherche rationnelle de tous ses avantages y compris ceux qui se fondent sur des usages abusifs de la confiance. L’approche éthique et perverse sont deux autres approches qui participent à dépasser la seule vision rationnelle de la confiance. Ces quatre formes sont résumées dans une typologie. Elle facilite un diagnostic rigoureux des relations de confiance à l’œuvre dans les organisations.

Mots-clés : confiance personnelle, typologie, approche établie, approche critique, approche perverse, approche éthique.

 

 

Titre : les variables psychologiques médiatisées par le serious game dans l’insertion et la formation

Auteurs : Mariama Lobsang ndao & Daniel Gilibert & Jérôme DINET

Résumé : Cet article présente un état de l’art sur le lien entre serious game et variables psychologiques et leur influence sur le devenir social. Il met ainsi en perspective différents travaux de recherche sur les jeux et leur évolution dans le monde du travail, tout en analysant leur impact sur les apprentissages et sur le comportement des demandeurs d’emploi. Enfin, il met en exergue les effets catalyseurs du serious game dans une situation d’insertion ou de formation. Les perspectives de recherche induites par ce papier sont la gamification des dispositifs de recherche d’emploi et l’introduction d’une nouvelle notion « psycho-socioprofessionnelle » dans l’accompagnement.

Mots-clés : serious game, insertion, variables dispositionnelles, accompagnement.

 

 

Titre : émotions et sentiments dans le processus de construction de sens du chercheur. Le cas de lexpédition Darwin en Patagonie.

Auteur : Marie perez

Résumé : Les études sur le rôle des émotions et des sentiments dans le processus de construction de sens du chercheur sont peu nombreuses. Il est pourtant déterminant et peut constituer un véritable atout. L’auto-analyse des émotions et sentiments d’un chercheur dans le cadre d’une expédition d’alpinistes est pertinente pour comprendre concrètement comment ils agissent dans sa construction de sens. Les résultats montrent que les émotions et sentiments sont infusés dans tout le processus et que leur régulation (1) permet au chercheur de poursuivre la collecte des données, (2) permet d’avoir une meilleure empathie et (3) que la montée d’un sentiment peut cristalliser une interprétation. Enfin, nous préconisons une préparation physique et mentale et une meilleure acceptation du risque de subjectivité du chercheur en gestion.

Mots-clés : émotions, sentiments, sensemaking, étude ethnographique, expédition Darwin.

 

 

RIPCO n°54 – LA STIGMATISATION ORGANISATIONNELLE

rips1_054_l204

 

 

SOMMAIRE

 

Titre : POUR LA MISE EN ŒUVRE D’UN MANAGEMENT DE LA DIVERSITE

En quoi une ecole peut-elle faire école ?

Auteurs : Sabrina PERUGIEN & Isabelle BARTH

Résumé : Investiguant un champ de recherche encore méconnu dans la littérature académique traitant du management de la diversité, cette recherche propose de mettre au jour les enseignements tirés de la construction d’une politique diversité au sein d’une organisation de l’enseignement supérieur. En prenant le cas d’une école de management ayant impulsé une dynamique de changement en faveur d’un management de la diversité, ce travail propose d’examiner la construction de ce processus en s’appuyant sur une recherche-intervention de cinq années. La dynamique de changement opérée est étudiée à travers l’introduction d’un instrument de gestion, sous-exploré dans la littérature gestionnaire : le label diversité. Les résultats montrent que le label diversité contribue à la conduite d’un changement structurant en faveur d’un management de la diversité efficient.

Mots clés : management de la diversité, enseignement supérieur, business school, changement, égalité des chances, non-discrimination, label diversité, recherche-intervention.

 

Titre : Egalité, Discrimination, Diversité et GRH

Une thématique transversale pour un enrichissement de la recherche ?

Auteur : Christophe FALCOZ

Résumé : Avant d’établir une rapide analyse du corpus académique en Gestion des Ressources Humaines (GRH) dans les domaines de l’égalité, la discrimination et la diversité (EDD), un préambule s’impose pour rappeler le lien indissociable entre droit et GRH lorsque l’on s’intéresse à l’égalité et à la non-discrimination. Nous chercherons ensuite à montrer que les questions de frontières disciplinaires et thématiques rendent difficile l’exercice d’identification d’une production scientifique dans ce domaine. Enfin, nous tenterons de donner quelques pistes pour les recherches futures à l’aune des enseignements que nous pouvons tirer de l’analyse de ce corpus.

Mots-clés : égalité, discrimination, diversité, droit, GRH, sexe, âge

 

 

Titre : Attachement émotionnel et contrat psychologique dans les comportements organisationnels

L’exemple des cadres dirigeants dans les administrations territoriales »

Auteur : Grégory AVIER

Résumé : L’ambition de cette communication se veut investiguer le thème de l’émotion autrement qu’en vertu d’une logique de l’urgence et de l’instantané, mais comme un déterminant de la construction des identités individuelles et collectives impactant la représentation du travail, la motivation intrinsèque, et le comportement organisationnel. Il s’agit de mettre alors en lumière une « dimension cachée de l’homme dans l’organisation » (Chanlat, 1990) déterminante quant à l’appréciation de la diversité dans les organisations. En mobilisant une stratégie d’accès au réel fondée sur une approche biographique ethnosociologique et clinique, la communication tâchera de faire émerger un « contrat psychologique » chez les cadres dirigeants des administrations territoriales.

Mots-clés : émotion, contrat psychologique, approche biographique, identité de travail, comportement organisationnel, résistance.

 

Titre : « L’unité et non l’uniformité doit être notre but »,

M.P. Follett, un plaidoyer pour la Démocratie

Auteur : Emmanuel GROUTEL

Résumé : la démocratie, c’est selon la formule consacrée, attribuée à W. Churchill, la plus mauvaise des formes de gouvernance, à l’exception de toutes les autres. Selon Mary Parker Follett (1868-1933), la démarche démocratique n’est pas une mécanique instituée, mais une approche collective dont le résultat est plus que la somme des parties qui la constitue. Follett propose ainsi de créer une communauté démocratique en s’appuyant tout d’abord sur le local, la proximité et la diversité. Son rapport à la démocratie, Follet l’aborde aussi comme un but à atteindre, quelque chose de jamais tenté encore : « Nous n’avons pas encore essayé la démocratie » (1918).

Mots-clés : démocratie, diversité, stratégie, ressources humaines.

 

Titre : diversité en comptabilité controle audit : de l’oxymore à l’apprivoisement

Auteurs : Pauline PAQUIN & Thierry NOBRE

Résumé : L’objectif de l’article est de faire un état des lieux de la place de la thématique de la diversité dans les travaux en CCA. Cette recherche est conduite suivant deux approches. La première met en évidence la nature du lien entre les thématiques développées en CCA et la diversité. Elle met en avant une évolution allant d’une perspective a priori antinomique entre diversité et CCA pour aller vers une prise en compte effective de la diversité dans ces trois domaines. La seconde propose une synthèse de la littérature qui montre l’appropriation par les chercheurs de la diversité comme un axe structurant les travaux en CCA. Cela met en évidence que certains critères sont très présents alors que d’autres restent à explorer.

Mots clés : diversité, comptabilité, contrôle, audit

 

Titre : Les facteurs d’attractivité d’une organisation dépend-elle du genre ou bien du cursus de formation ?

Étude auprès d’étudiants hommes et femmes en fin de cursus de formation

Auteur : Jocelyne YALENIOS

Résumé : L’objectif de l’étude est de cerner les similitudes et différences de perception des dimensions de l’attractivité organisationnelle perçue selon le genre et le cursus de formation. Notre étude s’appuie sur l’analyse de 315 réponses recueillies par un questionnaire administré dans un réseau d’écoles regroupant des écoles d’ingénieurs et de management et portant sur leurs attentes à l’égard de leur futur emploi et leur futur employeur. Nos résultats tendent à confirmer l’influence du genre et du type de cursus de formation sur l’expression des attentes. Nous discutons des implications pour les futurs diplômés, pour les institutions de formation, enfin pour les entreprises.

Mots-clés : attractivité organisationnelle perçue – genre – cursus de formation

 

Titre : LE SYNDROME DE LA « FEMME PARFAITE »

Et si le sentiment de culpabilité générait l’inégalité professionnelle entre les femmes et les hommes dans les entreprises françaises ?

Auteur : Bénédicte BERTHE, Marc DUMAS, Gwénaëlle POILPOT-ROCABOY

Résumé : Cette communication découle d’une intuition : et si le sentiment de culpabilité des femmes générait l’inégalité professionnelle en France ?

Cette intuition nous amène à poser une question de recherche qui nous conduit, dans un premier temps, à interroger le concept de sentiment de culpabilité et à analyser si la littérature perçoit ce sentiment comme un vecteur d’inégalité professionnelle potentiel entre les hommes et les femmes. Dans un second temps, nous cherchons à identifier si les entreprises partagent notre intuition et intègrent dans leurs accords « égalité professionnelle » des actions susceptibles d’avoir un impact sur le sentiment de culpabilité des femmes au travail. L’analyse de 48 accords « Égalité professionnelle » d’entreprises françaises conclus en 2011 et 2012 montre qu’aucun accord n’évoque directement le sentiment de culpabilité des femmes pour lutter contre l’inégalité professionnelle. En revanche, elle montre que les organisations agissent indirectement sur ce sentiment par le biais d’actions qui visent à faire évoluer les attentes sociales à l’égard des femmes, les rôles sexués attribués aux uns et aux autres, et à limiter les conflits travail-famille des individus au travail.

Mots-clés : Égalité professionnelle hommes-femmes, sentiment de culpabilité, accords d’entreprise, rôles sexués, conflit travail-famille

 

Titre : SPECIFICITES, OBSTACLES ET LEVIER POTENTIEL DE L’ENTREPRENEURIAT FEMININ. : Etat des litteratures francophone et anglophone.

Auteur : Juliane SANTONI

Résumé : L’entrepreneuriat des femmes occupe une place grandissante au sein des préoccupations publiques et académiques. Les recherches anglophones, mais également francophones suivent cette tendance. Les femmes entrepreneures forment une population hétérogène avec toutefois des spécificités : petite taille de leurs entreprises évoluant le plus souvent dans les services, style de management plus démocratique, rapport au temps singulier. De ces spécificités découlent des barrières genrées dont les deux principales sont l’accès au financement et aux réseaux formels et informels. Cet article propose un état des littératures francophone et anglophone sur la question de l’entrepreneuriat. Elle ouvre des perspectives sur le rôle des réseaux hybrides (alliant une dimension à la fois présentielle et distantielle) dans le développement de l’entrepreneuriat des femmes.

Mots-clés : entrepreneuriat des femmes, genre, réseaux sociaux, revue de la littérature

 

Titre : Une politique, des actions 

Que pensent les collaborateurs concernés par la dimension handicap de la diversité, de la politique handicap déployée par leur entreprise ?

Auteurs : Lidwine MAIZERAY & Armelle SCIBERRAS

Résumé: Cette étude s’intéresse à la perception de collaborateurs en situation de handicap et managers au sujet de la politique handicap d’un groupe financier. L’analyse qualitative et le positionnement épistémologique interprétativiste des données confirme bien un découplage entre discours et pratiques au sujet de cette dimension de la diversité qu’est le handicap. La mesure de cet écart à travers le regard de la principale partie prenante du sujet (les collaborateurs en situation de handicap) permet d’obtenir en même temps que la mesure, des actions correctives. Les suggestions des collaborateurs sont essentielles pour un management réussi du handicap et par extension de la diversité.

Mots clefs: diversité, handicap, perception, découplage, partie prenante

 

Titre : Révéler un stigmate : une adaptation des modeles existants pour une contribution théorique à la compréhension du handicap

Auteur : Sarah Richard

Resumé: L’objet de cet article est de proposer une mobilisation des modèles anglo-saxons s’intéressant à la révélation des stigmates en entreprise (Clair et al., 2005; Ragins, 2008 ; Chaudoir & Fisher, 2010) pour une application à la population des personnes en situation de handicap. Nous constatons qu’en dépit de la richesse des modèles développés, ceux-ci ne tiennent que partiellement compte des dernières avancées sur le dévoilement des identités stigmatisées (Chaudoir & Fischer, 2010), et peinent à appréhender l’ensemble des populations ciblées (notamment les personnes handicapées). Sur la base de ces constats, notre projet est de les mobiliser sur la question du handicap.

Mots clés : révélation du handicap, modèles anglo-saxons, stigmate, intégration professionnelle

 

Titre : Le CAS SENSIBLE DE L’ETHNICITE

L’exemple de l’etude de la diversite en marketing

Auteur : Sondes ZOUAGHI

Résumé : Cet article interroge la notion d’ethnicité et son utilisation comme variable de segmentation des marchés. L’ethnicité, comme objet d’étude sensible voire polémique, mènent les chercheurs à faire des choix théoriques et opérationnels qui se basent souvent sur des paradigmes coloniaux. Ces recherches ont donc un impact sur la diffusion de certaines idéologies au détriment d’autres. L’ethnicité ne serait-elle pas un artéfact qui existe uniquement parce que nous avons décidé de l’étudier ? La notion d’identité culturelle, généralisable à l’ensemble des consommateurs, constitue une alternative conceptuelle intéressante à celle d’ethnicité.

Mots-clés : marketing ethnique, segmentation, colonial, postcolonial, consumer culture theory, identité

 

 

Titre : L’influence de la religion musulmane sur les pratiques de management, une étude exploratoire auprès de trois enseignes agroalimentaires « halal » implantées en France.

Auteur: Lovanirina RAMBOARISON-LALAO & Alioune BAH

Résumé : Peu de recherches ont étudié l’articulation entre la religion et les pratiques de management dans les entreprises de droit français dirigées par des patrons de confession musulmane en France. Notre recherche qualitative explore dans quelle mesure la religion musulmane influence les pratiques GRH et marketing de trois points de vente agroalimentaires « halal » implantés à Strasbourg. Reposant sur la méthode des récits de vie à visée compréhensive (Sanséau, 2005), les entretiens approfondis conduits auprès des dirigeants des trois PME ont été complétés par une observation in situ afin de mieux cerner le phénomène étudié. Le constat est nuancé. Les premiers résultats de cette recherche exploratoire mettent en évidence l’empreinte de la culture religieuse au sens de Banon (2006), sur le style de management des patrons et sur le recrutement du personnel notamment au regard du genre. Si la religion a par ailleurs une influence sur le positionnement marketing de certains produits notamment au rayon boucherie, la stratégie de ces enseignes n’est pas réduite stricto sensu, à un marketing ethnique à caractère religieux et communautaire. Le ciblage de la clientèle ne se limite pas exclusivement aux acheteurs musulmans maghrébins, des actions RSE d’intégration culturelle traduisent le respect des principes de laïcité et d’ouverture sociale déployé au sein des entreprises étudiées.

Mots-clés : Point de vente agroalimentaire Halal, Manager musulman, pratiques GRH, pratiques Marketing.

 

Titre : Le terrorisme comme organisation rationnelle

Auteur : Didier DURMARQUE & Baptiste RAPPIN

Résumé : L’on se contente souvent de penser le terrorisme avec les catégories politiques traditionnelles, ou alors comme le résultat d’une pulsion irrationnelle. Il semble pourtant que les sciences de gestion puissent éclairer le phénomène d’une façon pertinente et originale.

Mots clés : Terrorisme, attentats, management

 

 

 

RIPCO N°53 – LA GÉNÉRATION Y

7755-home_default

Table des matières

Titre : Actualité de la génération Y

Intempestivité de la génération ?

Auteur : Baptiste Rappin

Résumé : Les études managériales qui portent sur la génération Y reposent sur une théorisation sociologique du concept de « génération ». Que cette dernière se définisse par des dates de naissance, par des évènements vécus en commun par des individus de même âge, ou par une période historique, elle passe pourtant sous silence son sens premier : la génération est, en son essence, le pouvoir et l’acte d’engendrer. L’article se propose de discuter les enjeux d’un tel déplacement.

Mots clés : génération Y, sociologie, engendrement, nihilisme.

 

 

Titre : les VALEURS DE LA GENERATION Y et ses IMPLICATIONS POUR LA GESTION. étude des valeurs individuelles, organisationnelles et de bien être d’une population étudiante en école Supérieure de Commerce

Auteurs : David MORIEZ & Catherine VOYNNET-FOURBOUL

Résumé : Dans un contexte marqué par le déclin des valeurs extrinsèques au profit de valeurs intrinsèques (Ester, Braun & Vinken, 2006 ; Riffault & Tchernia, 2002 ; Tchernia, 2005), il paraît fondamental de porter l’attention à ce que vit intérieurement le sujet : ses valeurs. En France, aucune recherche en gestion n’a étudié les valeurs de la génération Y. Nous démarche est de nature qualitative et exploratoire. Une technique projective détournée (la lettre à un ami) est proposée à 20 étudiants de bachelor (Bac+1) appartenant à la génération Y (nés entre 1985 et 1996). Il s’agit de cerner leurs valeurs individuelles, organisationnelles et de bien-être. Au niveau théorique, les résultats montrent que la génération Y développe une motivation particulière au détriment de la socialisation organisationnelle et en faveur de l’insertion professionnelle. Au niveau managérial, les résultats nuancent nombre de stéréotypes associés à la génération Y.

Mots clefs : génération Y, valeurs

 

Titre : L’influence des valeurs personnelles sur le comportement

Étude du cas des dirigeants de la génération Y sur la croissance de leur PME au Cameroun.

Auteurs : Mohamadou BOUBAKARY & Romain ZERBIB

Résumé : De nombreuses recherches empiriques se sont intéressées à l’étude des facteurs explicatifs de la croissance des PME liés aux caractéristiques du dirigeant, mais peu de ces travaux ont tenu compte de l’influence des valeurs personnelles du dirigeant. Cette étude cherche à combler cette lacune en se focalisant uniquement sur les variables de la personnalité du dirigeant dans un contexte camerounais. Nos résultats montrent que le désir d’autonomie, l’estime de soi et l’éthique du dirigeant exercent une influence positive et considérable sur la croissance de ce type d’entreprise.

Mots-clés : Valeurs, dirigeant, croissance, PME.

 

 

Titre : Génération Y et attitude d’auo détermination

Une étude exploratoire.

Auteur(s): Michel DALMAS

Résumé : Nous allons nous intéresser à l’autodétermination, selon ses trois sous dimensions (autonomie, compétence, relation à autrui) concernant la génération Y. Deci and Ryan (2000) suggèrent en effet que l’autodétermination est associée à la satisfaction de ces trois besoins fondamentaux. Cette recherche exploratoire a consisté à diffuser un questionnaire en ligne, avec le concours de l’A.N.D.R.H (sur le site surveymonkey.com) auprès de 10315 jeunes scolarisés. 2915 réponses ont été reçues et exploitées. La population ciblée est composée de jeunes en cours de formation professionnelle, intégrés dans des organismes de formation (Universités, Ecoles d’ingénieurs, Ecoles de commerce, BTS, B.E.P et C.A.P). Une analyse des données a été menée avec SPSS. Nous avons réalisé une analyse factorielle exploratoire de type A.C.P. Cette analyse montre que les personnes interrogées semblent privilégier un mode de motivation intrinsèque orienté vers la valorisation des relations sociales et de l’autonomie. Cependant, les compétences perçues donnent lieu à une évaluation plutôt pessimiste.

Mots clefs : Génération Y, Autodétermination, Attitudes au travail.

 

 Titre : la génération Y ou le paradoxe d’une génération prête à tout sans sacrifice

Auteurs : Alice LE FLANCHEC & Astrid MULLENBACH SERVAYRE

Résumé : Ce papier porte sur la génération Y et tente de percevoir les spécificités de cette génération par rapport à ses aînés et notamment les baby boomers. L’étude empirique, qui s’appuie sur un échantillon de 18.536 répondants salariés d’entreprises de plus de onze salariés, grâce à l’exploitation des données de l’enquête REPONSE 2011 de la Dares, permet de mettre en lumière que les salariés issus de la génération Y se distinguent nettement des salariés baby-boomers. Notamment, l’étude montre que les salariés de la génération Y sont plus satisfaits de leurs conditions de travail, de l’ambiance de travail et de leurs rémunérations que leurs aînés. Ils ont aussi une plus forte autonomie dans leur travail, plus d’intérêt au travail, moins d’incertitude dans leur emploi et plus de soutien hiérarchique ou des collègues que leurs aînés. En revanche, ils ont un sentiment de moindre conciliation entre leur vie privée et professionnelle. Ces éléments sont intéressants en ce qu’ils permettent de mieux comprendre les différences générationnelles au travail.

Mots clés: satisfaction, diversité générationnelle.

 

 

Titre : Le succès de carrière chez les ingénieurs : des différences chez les X et Y ?

Auteurs : Semra Karakas et Sinem Kilic

 

Titre : Fidéliser des managers de la génération y.

Une étude exploratoire au sein d’un graduate programme

Auteurs : Aurélie KLEBER & Sybille PERSSON

Résumé : Au regard de leur déploiement conséquent sur le marché du travail, le faible loyalisme assigné aux Y représente un enjeu majeur, qui questionne les pratiques de GRH. En particulier, une gestion des ressources humaines dite adaptative doit prendre en compte les nouvelles règles du jeu organisationnel – par une compréhension de ces acteurs Y – dans une perspective de fidélisation en contexte. Que faut-il entendre par le phénomène « Génération Y » pour la gestion des ressources humaines ? Ce travail exploratoire et qualitatif propose d’étudier les attentes de futurs managers Y appartenant à un graduate programme et amenés à occuper des postes à responsabilités managériales. L’approche herméneutique mobilisée se distingue des démarches empiriques quantitatives classiques menées sur cette thématique qui concluent en majorité au « mythe générationnel ».

Mots-clés : Génération Y, intégration, fidélisation, futurs managers, programme de jeunes diplômés.

 

 

 

Titre : Gérer la transition generationnelle en hopital psychiatrique.

Du diagnostic co-construit au plan d’action.

Auteurs : Karine BOITEAU, Christophe BARET.

Résumé : En région Île-de-France la rétention des infirmières est un enjeu crucial pour les hôpitaux psychiatriques. Alors que les départs en retraite d’infirmières spécialisées en psychiatrie sont nombreux, les services de psychiatrie sont considérés comme peu attractifs par les jeunes infirmières qui privilégient les actes techniques. A ces difficultés de recrutement se rajoute une forte instabilité des jeunes infirmières. Comment relever le défi de la gestion de la transition entre générations d’infirmières ? Nous mobilisons une méthodologie de recherche-action au cours de laquelle nous avons animé des groupes de travail pluridisciplinaires dans deux hôpitaux psychiatriques d’Île-de-France. En confrontant les résultats des travaux scientifiques sur les déterminants de l’intention de départ et les perceptions des personnels des deux établissements nous avons élaboré un diagnostic co-construit avec les participants. Trois catégories de facteurs de départ propres à ces établissements ont été mis en évidence: l’augmentation de la charge de travail, la perte de sens donné aux soins, le transfert de compétences et les pratiques d’intégration de nouveaux infirmiers. Nous présentons les pratiques de fidélisation élaborées suite à ce diagnostic et les difficultés rencontrées dans les prolongements de la recherche-action.

Mots Clés : Gestion des âges, satisfaction au travail, implication organisationnelle, intention de départ, personnel infirmier, psychiatrie, fidélisation, recherche-action

 

Titre : UNE GÉNÉRATION COMME LES AUTRES OU UN NOUVEL ÉLAN ?              

Étude exploratoire de la génération Y au sein des cabinets d’expertise comptable

Auteur : Carine LUANGSAY-CATELIN

Résumé : À l’heure où l’on entend parler quotidiennement de la « Génération Y », au point que l’expression est entrée dans l’édition 2013 du Petit Robert, sa place dans l’entreprise pose question. Qui est-elle vraiment ? Quels sont ses valeurs, ses codes et ses attentes ? Est-elle si différente des générations précédentes ? Devant le peu de littérature académique existante et le manque de convergence quant aux délimitations des traits supposés de cette dernière, nous allons chercher à identifier quelles sont les caractéristiques propres de la génération Y et leur comportement dans l’entreprise, et dans quelle mesure influence t’elle l’entreprise ? Pour cela, nous allons dans une première partie, revenir sur les principales spécificités (caractéristiques et comportements) qui caractérisent la génération Y puis nous verrons à l’aide d’une analyse exploratoire dans le secteur de l’expertise comptable, en quoi les spécificités de cette génération pourraient constituer un nouvel élan dans une profession qui se veut en pleine mutation.

Mots Clés : Etude exploratoire, Expertise comptable, spécificités de la génération Y.

APPEL RIPCO – MYTHES ET RÉALITÉS DE L’ENTREPRISE LIBÉRÉE

Logo

 

 

REVUE INTERNATIONALE DE PSYCHOSOCIOLOGIE ET DE GESTION DES COMPORTEMENTS ORGANISATIONNELS

(RIPCO)

 

APPEL À CONTRIBUTIONS

MYTHES ET RÉALITÉS

DE L’ENTREPRISE LIBÉRÉE

 

La RIPCO est la première revue de langue française exclusivement dédiée au champ du « comportement organisationnel ». Par ce dernier terme, nous entendons l’étude des comportements qui porte sur l’individu, la dyade, le groupe et l’organisation. Il s’agit donc bien autant du comportement au sein des organisations que du comportement des organisations.

En d’autres termes, la RIPCO accueille les articles faisant appel aux sciences de gestion et aux sciences humaines de façon générale (psychologie, psychologie sociale, psychosociologie, sociologie, éthologie, économie, philosophie, etc.) pourvu qu’ils apportent un éclairage inédit et fondé sur les comportements organisationnels.

 

Lire la suite

APPEL RIPCO – La socialisation organisationnelle

Logo

 

REVUE INTERNATIONALE DE PSYCHOSOCIOLOGIE ET DE GESTION DES COMPORTEMENTS ORGANISATIONNELS

(RIPCO)

 

APPEL À CONTRIBUTIONS

LA SOCIALISATION ORGANISATIONNELLE

 

 

La RIPCO est la première revue de langue française exclusivement dédiée au champ du « comportement organisationnel ». Par ce dernier terme, nous entendons l’étude des comportements qui porte sur l’individu, la dyade, le groupe et l’organisation. Il s’agit donc bien autant du comportement au sein des organisations que du comportement des organisations.

En d’autres termes, la RIPCO accueille les articles faisant appel aux sciences de gestion et aux sciences humaines de façon générale (psychologie, psychologie sociale, psychosociologie, sociologie, éthologie, économie, philosophie, etc.) pourvu qu’ils apportent un éclairage inédit et fondé sur les comportements organisationnels.

 

Lire la suite

APPEL RIPCO – VARIA

Logo

 

 

REVUE INTERNATIONALE DE PSYCHOSOCIOLOGIE ET DE GESTION DES COMPORTEMENTS ORGANISATIONNELS

(RIPCO)

APPEL À CONTRIBUTIONS

VARIA

La RIPCO est la première revue de langue française exclusivement dédiée au champ du « comportement organisationnel ». Par ce dernier terme, nous entendons l’étude des comportements qui porte sur l’individu, la dyade, le groupe et l’organisation. Il s’agit donc bien autant du comportement au sein des organisations que du comportement des organisations.

En d’autres termes, la RIPCO accueille les articles faisant appel aux sciences de gestion et aux sciences humaines de façon générale (psychologie, psychologie sociale, psychosociologie, sociologie, éthologie, économie, philosophie, etc.) pourvu qu’ils apportent un éclairage inédit et fondé sur les comportements organisationnels.

 

 

Lire la suite